Programmation

Nicholas Ray, le cri des couleurs

NICHOLAS RAY, LE CRI DES COULEURS

 

Les films de Nicholas Ray sont de bouleversants cris de révolte : révolte de cow-boys d’honneur contre la société hypocrite et étriquée qui se met en place au XIXème siècle, révolte de femmes libres contre le déterminisme de leur condition et les stéréotypes archaïques, révolte d’un simple ornithologue qui dans La Forêt interdite (1958) se bat contre la violence avec les armes de la poésie et pousse ses contemporains à redécouvrir la beauté sauvage de la Nature – mais, surtout, puissants cris de révolte de la jeunesse américaine contre un monde qui ne la comprend pas et s’entête à nier jusqu’à son existence. De l’ange foudroyé incarné par James Dean dans La Fureur de vivre (1955) aux étudiants de la Binghamton University, dont la collaboration avec Ray en pleine période de contestation politique aboutit au documentaire expérimental We Can’t Go Home Again (1973), une histoire de l’Amérique et de sa jeunesse s’écrit ; une clameur s’éveille, s’amplifie et finit par devenir assourdissante. En cinéaste pictural et lyrique, c’est avant tout par la couleur que s’exprime Nicholas Ray, par cette couleur qu’il fait couler, circuler et projette sur l’écran à la manière du dripping de Pollock. Jamais son spectateur ne parviendra à oublier l’image d’une chemise jaune ou d’un blouson rouge – et la fureur de vivre de ceux qui les portaient.

Guillaume Bourgois
Maître de conférences en études cinématographiques
à l’université Grenoble-Alpes

+ Guillaume Bourgois présentera le panorama Nicholas Ray,
en ouverture de la séance de La Fureur de vivre
Mardi 11 avril à 18h15

Cinéma

Nicholas Ray, le cri des couleurs

Johnny Guitare

(Johnny Guitar)

Tenancière d’un saloon, Vienna fait venir à elle Johnny Guitar, un homme qu’elle a connu autrefois. Avec lui, elle va pouvoir affronter l’impitoyable Emma Small… « Johnny Guitare est un western féerique, La Belle et la Bête du western, un rêve de l’Ouest. Les cow-boys s’y évanouissent et meurent avec des gestes de danseuses. La […]

Cinéma

Nicholas Ray, le cri des couleurs

À l'ombre des potences

(Run for Cover)

Injustement accusé, Matt Dow sort de prison et se lie d’amitié à Davey Bishop. Les deux hommes tombent dans une embuscade, Davey est soigné à la ferme des Swenson. Matt accepte le poste de shérif avec Davey pour adjoint. Tout irait bien sans l’arrivée de la bande de Gentry. Bientôt, le passé refait surface… « […]

Cinéma

Nicholas Ray, le cri des couleurs

La Fureur de vivre

(Rebel Without a Cause)

Adolescent rebelle, mal dans sa peau et en conflit avec sa famille, Jim tombe amoureux de Judy, la petite amie du chef de la bande la plus redoutée du lycée. Pour régler leurs comptes, les deux garçons s’affrontent dans une course de voitures qui connaît une fin inévitablement tragique… « Cette révolte, cet orgueil méprisant, […]

Cinéma

Nicholas Ray, le cri des couleurs

La Forêt interdite

(Wind Across the Everglades)

Professeur de sciences naturelles, Walter Murdock débarque comme garde des marais dans les Everglades. À peine installé, il est confronté à Cottonmouth, personnage pittoresque et truculent qui, à la tête de plusieurs marginaux, massacre les oiseaux pour revendre leur plumage à prix d’or… « Au-delà de son message écologique et politique peu répandu à l’époque […]

Cinéma

Nicholas Ray, le cri des couleurs

We Can't go Home Again

Documentaire de Nicholas Ray

Entre 1971 et 1973, le cinéaste américain sexagénaire Nicholas Ray enseigne le cinéma au Harpur College, dans l’État de New York. Il propose à ses étudiants de tourner un film sans scénario, basé sur leurs expériences personnelles, en ayant recours à diverses expérimentations formelles… Voici une expérience psychédélique visuellement époustouflante, à l’esthétique audacieuse et novatrice […]

 
vidmate download msqrd app download shareit for pc download