LUX SCÈNE NATIONALE

Arts visuels + Arts scéniques
ARTS, CULTURE ET INNOVATIONS À VALENCE, DRÔME

Édito

La vitalité du cinéma est puissante et sa mémoire ne demande qu’à être partagée. Viva Patrimoine invite des passeurs à revisiter cette mémoire à travers spectacles, ciné-concerts et projections exceptionnelles de films restaurés, ponctués de rencontres et d’échanges qui visent à démultiplier les passions. Des grandes œuvres du répertoire aux intimistes films Super 8 en passant par des courts-métrages rares, des corpus cinématographiques sont scénographiés à l’occasion de Viva Patrimoine par des artistes, musiciens, metteurs en scène ou cinéastes qui confrontent rythmes, montages et esthétiques afin de révéler la modernité de films qui n’ont rien perdu de leur fulgurance. Singulières mises en abymes du patrimoine au travers des pratiques, images et regards contemporains, leurs propositions – L’Invincible Spaventa, Heidi Project ou Artavazd Pelechian, le cinéaste est un cosmonaute – traduisent la conviction que le cinéma est vivant et intemporel. Des collectionneurs, conservateurs et restaurateurs exhument et font revivre des œuvres disparues ; les archives et cinémathèques livrent leurs trésors, de nouvelles approches de valorisations patrimoniales se créent. C’est avec eux, et pour le public le plus large que se construit Viva Patrimoine, grande fête du cinéma restauré !

La 6ème édition de Viva Patrimoine rend hommage à Youssef Chahine, cinéaste à la croisée des cultures orientale et occidentale, disparu il y a 10 ans. Le réalisateur égyptien a signé une œuvre généreuse, courageuse, engagée, inventive, sans cesse inspirée par sa vie d’artiste et de citoyen, mêlant divertissement et combat. De cette œuvre immense, qui a connu une grande influence, nous avons choisi de dévoiler les débuts. Le goût de Chahine pour le mélodrame (Ciel d’enfer, révélation d’Omar Sharif), sa recherche vers le néoréalisme (Gare centrale, son premier film d’auteur) et son cinéma de la fin des années 1960, affirment une critique politique ouverte (dans la tragédie musicale Le Retour de l’enfant prodigue, la musique porte des messages de réforme, de révolte et de liberté). Fondamentale dans le cinéma chahinien, la musique se déclinera en concert-conférence proposé par Amal Guermazi.

En contre-champ de ces films, le photographe Bernard Plossu présente l’exposition inédite En Égypte, le long du fleuve : hommage à Youssef Chahine, série réalisée par l’artiste-cinéphile et voyageur invité en Egypte par Ahmed Mehrez, collaborateur du réalisateur.

Viva Patrimoine chemine également dans l’œuvre d’un autre cinéaste de l’intégrité, King Vidor, qui a affirmé une œuvre singulière et complexe à l’intérieur de l’industrie hollywoodienne. Sublime mélodrame pacifiste accompagné par le trio jazz de Gaël Mevel, La Grande Parade participe à la commémoration de la Grande Guerre. En écho, notre parcours révèle la complexité de Vidor, dépassant les codes des genres pour mettre en scène l’isolement de ses personnages emportés par la force de leur volonté : l’historique Bardelys le magnifique ; le tragique Duel au soleil ; le paradoxal western L’Homme qui n’a pas d’étoile ; la quête exaltante et abstraite d’intégrité à travers Le Rebelle ou l’épopée politique rurale et collective de Notre pain quotidien.

« Voir les films du passé est une leçon d’avenir » dit Martin Scorsese. C’est cette ambition que Viva Patrimoine entend incarner à Valence et partager avec vous !

Catherine Rossi-Batôt
Directrice