Cinéma

Arts visuels + Arts scéniques
ARTS, CULTURE ET INNOVATIONS À VALENCE, DRÔME

Musique et cinéma

Arts du temps et disciplines hautement rythmiques, cinéma et musique sont frères jumeaux, parfois ennemis. Explorer les rapports qui les unit suppose donc d’en passer par des états multiples, gazeux, liquides, solides, qui innervent ce mariage tumultueux. Si l’on s’en tient aux contemporains, les expériences de cinéastes comme Jonathan Glazer avec Mica Levi (Under the Skin) ou Paul Thomas Anderson avec Jonny Greenwood (The Master) laissent à penser que le cinéma a, encore aujourd’hui, tout à gagner à installer la musique au cœur de la mise en scène comme une texture, une rythmique mais également un secret. Si l’on songe aux plus anciens, on trouvera également quantité d’exemples de cinéastes, de films qui, en se frottant aux musiques les plus variées, par le documentaire comme par la fiction, par l’utilisation de partitions originales comme par l’usage de morceaux préexistants, ont su réinventer leur rapport au monde. Ainsi, concevoir un programme autour de ces noces amoureuses est-il un exercice particulièrement périlleux car ce mariage est un puits sans fond. Le risque c’est forcément d’oublier des titres essentiels. Il convient donc de choisir, d’affirmer la subjectivité d’un tel programme, traversé d’impasses mais également de promesses, d’affirmations, de découvertes. Faire cœxister dans la trajectoire d’un spectateur des expériences ô combien multiples avec une seule idée en tête : la musique n’est pas le valet de chambre du cinéma mais bien son carburant le plus essentiel… Thierry Jousse