Spectacles

Arts visuels + Arts scéniques
ARTS, CULTURE ET INNOVATIONS À VALENCE, DRÔME

Les Misérables

Film d’Henri Fescourt (1925)
Accompagné au piano par Karol Beffa

Parmi les adaptations cinématographiques des Misérables, celle d’Henri Fescourt est, sans doute, la plus fidèle au roman. Georges Sadoul la considérait comme la plus belle et Fescourt comme son plus beau souvenir de cinéma.

Les Misérables, c’est l’histoire de la France du 19e siècle, déchirée par les luttes sociales, les guerres et la pauvreté. C’est l’histoire de la rédemption d’un homme, Jean Valjean, forçat libéré du bagne après dix-neuf ans, qui se trouve bouleversé par sa rencontre avec un prêtre au grand cœur qui lui permet de devenir quelqu’un d’autre. Il rencontre alors Fantine, une prostituée vivant dans la misère. Mourante et sans le sou, elle lui demande de prendre soin de Cosette, sa fille, confiée aux Thénardier. Couple d’aubergistes malhonnêtes et sans scrupule, ils exploitent la fillette jusqu’à ce que Jean Valjean tienne sa promesse et l’emmène. Cosette devient alors sa raison de vivre. Mais son passé le poursuit et l’inspecteur Javert, qui s’est juré d’arrêter Jean Valjean coûte que coûte, le traque…

L’enjeu de cette nouvelle restauration est de retrouver Les Misérables avec toute la richesse des différentes techniques de couleurs utilisées en 1925 par Henri Fescourt (virages, teintages et mordançages). Connu jusqu’à présent uniquement en noir et blanc et dans une version de courte durée, ce film sera donc pour la première fois restitué dans une version proche de celle présentée aux spectateurs en 1925. Cette restauration, rendue possible par les technologies numériques d’aujourd’hui, est conduite par le CNC à partir d’un négatif de Pathé conservé par le CNC et d’une copie d’exploitation en couleur, conservée par la Cinémathèque de Toulouse, qui reste aujourd’hui l’un des seuls témoignages des choix de couleur opérés par le réalisateur.

Pianiste, compositeur, Karol Beffa est maître de conférences à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (depuis 2004). Ancien élève de l’ENS, titulaire de huit Prix du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, il est l’auteur de douze musiques de films et lauréat, entre autres, du Prix Charles Oulmont (2005), du Prix du jeune compositeur de la SACEM (2008) et du Prix Chartier de l’Académie des Beaux-Arts (2008). Il est, en 2011, l’un des trois compositeurs nommés aux Victoires de la musique.