Spectacles

Arts visuels + Arts scéniques
ARTS, CULTURE ET INNOVATIONS À VALENCE, DRÔME

Ça occupe l’âme

SPECTACLE CROISÉ
Marion Pellissier / La Raffinerie

Auteure et metteure en scène, collaboratrice artistique de Cyril Teste pour les performances filmiques Nobody et Festen, Marion Pellissier créé, dans ce thriller fantastique et métaphysique, un huis clos autour de la mémoire, mêlant astucieusement théâtre, images et technologies.

Comment dans nos souvenirs démêler le vrai du faux ? La mémoire n’est-elle pas simplement un instrument de survie ? Un couple est séquestré. L’homme et la femme en ignorent la raison. Ceux qui les séquestrent, geôliers que l’on ne verra jamais, décident pourtant de tout. Enfermés et terrifiés à l’idée de perdre la mémoire, les deux prisonniers parcourent leurs souvenirs à haute voix, jour après jour, comme un rituel destiné à préserver leur passé, à ne pas perdre ce qui reste de leur identité et de leur amour l’un pour l’autre. Mais les souvenirs se délitent, se transforment, divergent, au point de les faire douter de la réalité de ce qu’ils pensaient avoir vécu.

Nimbée d’étrangeté, cette création de Marion Pellissier, auteure et metteure en scène, assistante à la mise en scène de Cyril Teste pour les performances filmiques Nobody et Festen, se situe aux confins de l’écriture dramatique et cinématographique. Scènes dialoguées, suspens, poésie et réflexion sur la valeur des images. L’homme et la femme séquestrés ne savent pas pourquoi ils sont là. De leurs ravisseurs, les spectateurs ne savent rien non plus. Des bruits seulement suggèrent la présence de ceux qui leur imposent le rythme du sommeil, du repas, etc. Maintenus dans un inhumain no man’s land, le couple se réfugie dans un passé sans cesse revisité. Pour le préserver ou survivre dans la réalité ? Ils s’inventent un rituel du souvenir, et s’exercent à se raconter tous les jours… Pour ne pas oublier leur histoire, leur amour et leur identité, ou se purifier l’âme. Forcément parcellaire, la mémoire joue des tours. Pour évoquer leurs souvenirs lâches et infidèles, la mémoire mitée, l’auteure et metteuse en scène manie le verbe et l’image. Et recourt à la vidéo pour éclairer les trahisons du passé et du présent, aussi bien que les mensonges de survie.